Depuis plus de vingt ans, les choix urbanistiques et architecturaux de la ville de Stuttgart sont influencés par une démarche environnementale à long terme. De nombreuses expérimentations écologiques y sont initiées.

La situation de Stuttgart, au fond d'une cuvette entourée de montagnes, accentue la pollution atmosphérique. Ses habitants, conscients du problème, sont particulièrement sensibles à la protection de l'environnement.

Le parti politique des Verts a toujours été présent dès 1978 dans la vie politique communale et régionale. Son influence est incontestable. Dès les années 80, Stuttgart a été l'une des premières communes allemandes à rendre obligatoire la végétalisation des toitures-terrasses. De plus, seulement quarante-quatre pour cent de sa surface est bâtie, le reste est composé de parcs, jardins et forêts.

Outre d'importants espaces verts, la ville créé des équipements publics écologiques. Ainsi ses structures
( écoles , gymnases, etc. ) disposent d'aménagements spécifiques répondants aux critères de développement durable, tout en étant confortables. L'usage du bois dans ces constructions est de manière générale fortement conseillé. Il est appréciable tant pour ses atouts écologiques que pour son confort visuel.

De plus, la ville prévoit une isolation poussée de ces bâtiments et effectue une gestion de l'énergie rigoureuse.


pour plus de photographies cliquez sur l'image

Le contrôle du foncier a permis depuis longtemps à Stuttgart de prendre des mesures favorisant la rationalisation de l'emploi d'énergie. De ce fait, lors de la revente de terrains municipaux, il est précisé dans le contrat que la construction doit répondre aux exigences du label Habitat à basse énergie.

Dans le quartier de Feuerbach, la ville a mis en servie en 2000 ce qui était à l'époque le plus grand lotissement de maisons répondant au label Habitat passif. Ces cinquante-deux maisons en bande consomment pour le chauffage quatre-vingt pour cent d'énergie primaire de moins que la valeur limite de la réglementation thermique en vigueur. Ces habitations ont été vendues à des conditions intéressantes à de jeunes familles disposant de revenus modestes. Il est actuellement en cours d'agrandissement.

Les mesures concernant les économies d'énergie menées par Stuttgart ne sont pas seulement appliquées à la construction neuve, mais touchent aussi le parc immobilier existant, public et privé. La ville finance à hauteur de quinze à trente pour cent les investissements des propriétaires ou des locataires mettant en ouvre des mesures constructives favorisant des économies d'énergie dans l'habitat et permettant donc de réduire les émissions de CO2. La subvention est en moyenne de 2600 Euros, mais peut atteindre les 5000 Euros.

Afin de financer de tels projets, Stuttgart a mis en place un système particulier liant la ville au service de la protection de l'environnement, appelé le «  Stuttgarter Modell  ». Appliqué depuis 1995, ce mode de financement s'est avéré très efficace.

Tout comme Fribourg, Stuttgart a transformé d'anciennes friches militaires pour créer des quartiers écologiques
( le Burgholzhof situé au nord-est de la ville ).

Dès 1995, la municipalité de Fellbach , sous l'influence de Stuttgart, a développé une démarche environnementale ayant pour objectif la réduction de vingt pour cent de ses émissions de CO2 avant 2000. Près de deux cents mesures ont été étudiées et réalisées afin d'y arriver. Elles sont de plusieurs types :

- des actions simples, économiques et rapidement applicables : renforcement de l'isolation thermique, remplacement des ampoules conventionnelles par des ampoules à basse énergie, remplacement des installations de chauffage trop anciennes, etc.

- des opérations plus lourdes financièrement : centrale éolienne, capteurs solaires pour l'eau chaude sanitaire dans les nouveaux quartiers, chauffage urbain à cogénération, etc.

C'est en montrant l'exemple que la ville de Stuttgart, dirigée par une municipalité engagée, a été suivie par ses communes voisines. Grâce à des projets réussis, l'habitat passif gagne du terrain dans la région.

Stuttgart-Feuerbach et le quartier d'habitations passives

Feuerbach est une banlieue située au nord-est de Stuttgart. Il y a quelques années, la ville, en collaboration avec le Land du Baden-Würtemberg , a entrepris d'y installer un quartier entièrement passif. Des fonds développés par ces deux partenaires ont été créés afin de permettre à de jeunes familles d'accéder à la propriété. Les logements se situent dans les hauteurs de la ville, orientés plein sud et bénéficient tous d'un petit jardin.

De part l'age des propriétaires, le quartier est dédié aux enfants, puisque tous sont au moins une fois parents. La vie est rythmée en fonction des horaires des crèches et maternelles. C'est lors d'un de ces instants que je fis la rencontre de la famille Lutz-Funk .

Les parents ont une quarantaine d'années et les enfants ont quatre ans, pour le garçon, et sept ans, pour la fille. La mère dispose d'une voiture break pour véhiculer les enfants et aller au travail, tandis que le père utilise de préférence le vélo. Mis à part le tri sélectif et leurs modes de déplacement, ils n'ont pas un comportement exagérément écologique.

Lors de la conception du projet, ils souhaitaient devenir propriétaires et loger à Feuerbach. Leur seule possibilité, présentée par la ville, fut de venir s'installer dans ce quartier. Grâce au programme d'aides de Stuttgart et du Land, le prix d'achat fut équivalent au prix d'une construction classique. Un travail d'information effectué par la ville a permis de faire découvrir et familiariser les futurs habitants au logement passif. La famille que j'ai rencontré ne connaissait pas du tout ce type de construction et ne pensait pas que cela existait, avant d'y habiter.

Au niveau du confort, les parents m'assurent que c'est incomparable car il fait bon dans la maison toute l'année et ce, quelle que soit la température extérieure. Au niveau des factures de chauffage, il en est de même. Ils m'indiquent ensuite qu'ils avaient deux radiateurs installés au départ, mais que rapidement ils les ont enlevés, car inutilisés et encombrants. En moyenne, pas an ils ne modifient la température qu'une dizaine de fois, lors des grands froids. Le reste du temps ils ne touchent pas au panneau de contrôle.

La mère me dit en souriant que dans sa maison il n'y a plus le soucis de régler sans arrêt les radiateurs afin d'avoir une température convenable. Ici c'est confortable sans interruption.

Leur maison a tout de même selon eux quelques inconvénients :

- toutes les chambres sont à la même température ;

- le sas qui sert d'espace tampon est bon en hiver mais trop chaud en été, car il n'est pas isolé et le soleil tape dans la porte vitrée ;

- la maison ne dispose pas de cave et donc de local de rangement frais. Ainsi les légumes ne peuvent être entreposés nulle part, si ce n'est dans le frigo.

Cela semble être des détails mais ils ont néanmoins leur importance quand à la notion de confort. Le problème du sas et de la cave peuvent facilement s'arranger par un travail au niveau du plan lors de la conception du projet.

Avant de partir, je leur pose une dernière question : si c'était à refaire, le referiez vous ? Avec un grand sourire, ils me répondent que oui sans hésitation. Les avantages que la maison leur apporte font oublier les quelques petits tracas. Ils ne regrettent en rien leur choix.

suttgart vue de la rue
la ville de Rennes
Contacter l'auteur
C.LEHR © 2004-2005