OBSERVATIONS DU QUARTIER architecture et urbanisme #1/3

La multiplicité des intervenants et des investisseurs dans le projet Vauban engendre un large panel de constructions différentes. On constate aisément cette mixité des bâtis lorsqu'on se promène dans les rues du quartier : maisons en bande, habitats collectifs ou semi collectifs, maisons jumelées, commerces, parkings, caravanes.. Elle est due à une variété des typologies et des activités ayant lieu dans le quartier.

Derrière les façades baroliées du quartier se cachent un cahier des charges restrictif, élaboré par la ville, qui indique les règles constructives permettant une cohérence de l'ensemble. Les permis de construire posent en général peu de problème, les règles étant déjà définies dans les cahiers des charges des parcelles ainsi que dans le Bebauungsplan . Ils ont été instruits par la commune de Fribourg. Un élément clef, qui a favorisé cette multiplicité des acquéreurs et des bâtis, est le parcellaire serré tracé par la ville. Il augmente le nombre de propriétaire à l'are par rapport à un parcellaire plus large.

La commune a privilégié trois catégories principales de constructeurs :

•  les particuliers, qui peuvent acheter des petites parcelles de six mètres de façade, pour une hauteur maximale de R+3. Ils peuvent acquérir plusieurs terrains.

•  Les coopératives de construction ( Baugruppen : associations de particuliers qui se regroupent pour faire bâtir ). Une même coopérative peut construire sur plusieurs parcelles disjointes.

•  Les promoteurs « classiques », qui sont encouragés à éviter les constructions monolithiques, en construisant sur des parcelles séparées. Leurs opérations dépassent peu la vingtaine de logements.

A cela s'ajoute les réhabilitations menées par le collectif SUSI et les logements étudiants.

Un cahier des charges accompagne chaque parcelle et indique les mesures écologiques à respecter sur chacune d'elles. L'installation solaire est encouragée, ainsi que la récupération des eaux de pluie ou encore l'usage de matériaux de construction sains. Ce cahier des charges est la dernière étape entre le projet conceptualisé et celui réalisé. Son rôle est primordial car la mairie peut y mettre ses dernières recommandations en terme d'architecture, d'urbanisme et d'écologie.

La commune a réparti les divers types de construction à travers tout le quartier. Les constructions intégrant du commerce sont implantées à proximité des grands axes d'accès. Les autres sont dispatchées selon les besoins et les orientations.

Cette volonté de variété dans les typologies de bâti a engendré un long travail en amont, lors de l'élaboration du plan. Les logements en bande nécessitent un parcellaire particulier , tout comme les maison à économie d'énergie, ou encore les constructions des Baugruppen . Un travail au niveau de la réglementation a dû également être mené en détails, afin d'imposer la construction sur limite, par exemple.

Le plan alterne des parcelles étroites et des larges le long des rues et des parcs, dans l'idée de créer une variété de bâtis et de façades. Les immeubles collectifs disposent de parcelles larges et spacieuses, destinées aux Baugruppen et aux promoteurs immobiliers. Ils peuvent y bâtir des constructions en barre ou en bloc. Les parcelles étroites sont destinées, de préférence, aux investisseurs privés et aux Baugruppen , dans l'optique de construire des maisons en bande.

observations du quartier #1
Contacter l'auteur
C.LEHR © 2004-2006