Construire en fonction du climat a toujours été le moteur de l'architecture de logement. Ce n'est que depuis peu finalement, que l'homme construit sans se soucier de l'environnement extérieur, les chauffages électriques, fioul ou encore charbon s'étant fortement développés et démocratisés. L'épaisseur des murs n'était plus un problème, car on pouvait surchauffer les pièces facilement.

C'est depuis la fin du 19ème siècle et plus encore au début du 20ème siècle que le pétrole a pris toute son importance comme combustible en vue de produire de l' énergie puis, dans l' entre-deux guerres , comme matière première pour la production de multiples matières plastiques .

Le développement des transports motorisés , et notamment de l' automobile , des applications pétrochimiques et de la consommation énergétique en général, a démultiplié les besoins mondiaux en pétrole.

Pour les pays consommateurs de pétrole, lorsqu'ils ne le produisent pas eux-mêmes, l' importation de pétrole représente un poste de dépense extérieure très important.

Ainsi, la plupart des pays sont fortement dépendants des cours pétrolier ; si bien que la forte augmentation des cours du pétrole imposée en 1973 par les pays producteurs ( à la suite de la création de l' OPEP  ) a eu des conséquences très marquées sur la santé économique des pays industrialisés et a été le point de départ d'une longue crise économique : ce fut le premier choc pétrolier . Le deuxième choc pétrolier a eu lieu en 1979 , lorsque l'OPEP releva encore les prix de vente du pétrole.

C'est pour limiter leur dépendance vis-à-vis des importations de pétrole, et donc par rapport aux pays producteurs, que beaucoup de pays consommateurs ont cherché par la suite à développer diverses stratégies : réduction de leur consommation en faisant des économies d'énergie , développement de filières de production locale d'énergies alternatives comme le nucléaire , l'énergie hydro-électrique ,
solaire , géothermique ou encore éolienne .

Un logement construit aujourd'hui consomme deux fois moins d'énergie qu'un logement réalisé au début des années soixante-dix. Le chauffage et la production d'eau chaude représentent cependant encore un quart de l'énergie consommée en Europe et contribuent dans la même proportion à la production des émissions de CO2.

Actuellement la protection contre le chaud est aussi importante que celle contre le froid. En Europe, par exemple, dès que la température extérieure dépasse onze degrés il devient nécessaire de rafraîchir les espaces de bureaux, notamment ceux des immeubles densément équipés et occupés. Selon des études, la climatisation consomme seize pour cent de l'électricité aux Etats-Unis, par exemple. L'installation de systèmes de climatisation, déjà fortement implantés dans le tertiaire, augmente sans cesse dans le logement privé. Suite à la canicule de l'été 2003, la vente de climatiseur durant le printemps 2004 a grandi de manière importante, au point d'atteindre la rupture de stock.

Cette surconsommation énergétique liée au confort prend des proportions plus qu'inquiétantes au niveau environnemental. Elle a des répercutions sur le climat et la santé des terriens.

A l'heure où la France se réveille et prend conscience du problème de l'écologie, ses constructions continuent à consommer de l'énergie à outrance. Plus que le coût du bâtiment respectueux de l'environnement, c'est un désintérêt écologique de la classe politique et des municipalités qui est responsable du non développement de quartiers verts en France. De manière générale, ce ne sont que des propriétaires engagés qui commandent ce genre de maison dans notre pays.

Ce n'est que grâce à une volonté politique forte que ces habitats écologiques peuvent se développer.

évolution de la démarche ecologique
Contacter l'auteur
C.LEHR © 2004-2006