Limiter les déperditions thermiques sous-entend de s'isoler complètement de l'extérieur. Un système de ventilation à double-flux installé dans la maison passive permet de gérer les flux d'air dans le bâtiment et de chauffer ou rafraîchir l'air intérieur. Cette ventilation mécanique avec récupération de chaleur permet de se passer d'un système de chauffage complémentaire.

La maison étant parfaitement isolée, l'intérieur du logement souffrirait sans un système de ventilation de problèmes de condensation. En effet, près de six à dix kilogrammes de vapeur sont produits dans une maison de quatre personnes en une journée. La vapeur a plusieurs origines : de la plante verte à la salle de bain, en passant par la cuisine et les habitants. Avec le système de ventilation, l'air est renouvelé de manière continue et l'humidité est récupérée.

Les maisons passives nécessitent un apport continu d'air frais afin d'assurer un confort absolu des utilisateurs. Le débit de l'air est réglé de manière à respecter avec précision les normes de qualité optimale de l'air ambiant. Un échangeur de chaleur très performant utilise la chaleur de l'air évacuée vers l'extérieur pour réchauffer le flux d'air entrant, les deux flux d'air ne se mélangeant pas.

Le système est isolé aussi bien thermiquement qu'acoustiquement. Dans le séjour, le bruit ne doit pas excéder les 25 dB( A).

L'installation de la centrale et des ses réseaux sont à intégrer dès le début dans l'élaboration du projet avec une optimisation des chemins à parcourir par l'air afin que les tuyaux soient les moins longs possible. Cette optimisation du réseau de la tuyauterie est valable également pour le transport de l'eau, afin toujours de réduire les pertes thermiques.

Par temps très froid, le chauffage de l'air peut être complété par un chauffage d'appoint. Il est de plus en plus fréquent que le système de ventilation soit relié au réservoir d'eau chaude et bénéficie de cet apport de chaleur pour augmenter la température de l'air. Un équilibre entre les deux appareils se met en place grâce à des capteurs et des pompes.

On n'a plus besoin d'ouvrir les fenêtres pour aérer ou oxygéner une pièce. En hiver, par exemple, il n'est plus obligatoire de perdre toute la chaleur contenue dans un espace en voulant l'aérer. L'air circule dans la maison. Frais, il arrive dans le salon et les chambres, il passe ensuite par des zones de transition, type couloir, et retourne dans les conduits par la cuisine, la salle de bain et les toilettes. Il circule des pièces les plus propres aux pièces les plus humides.

Les besoins en air frais sont de 30 m  3 par heure et par personne. Pour un logement de trois à cinq habitants, il faut un renouvellement d'air de 90 à 150 m 3 par heure, la circulation de l'air se faisant de manière continue. Au niveau des airs d'échappement, il est prévu en moyenne 20 m 3 /h par les toilettes, 40 m 3 par la salle de bain, et 60 m 3 par la cuisine.

Le système consomme peu d'énergie. Ainsi, l'électricité utilisée par mètre cube par heure ne doit pas dépasser les 0,4 W.

Attention, il faut être vigilant au choix du filtre du système de ventilation car il est important que l'air circulant dans la maison soit parfaitement sain. Les filtres sont à changer régulièrement par l'habitant, et il est possible de remplacer les filtres classiques par des filtres adaptés aux allergies ( ex  : pollen ).

la circulation de l'air controlée
Contacter l'auteur
C.LEHR © 2004-2006